Projet Angèle Diabang / Fondation HRA Pharma

Pas de commentaire

MA COEPOUSE, MA BIEN-AIMEE
Vidéo composée d’une série photographique
De Angèle DIABANG

Parmi les événements sociaux qui ont bouleversé notre siècle, la question féminine demeure au coeur du débat et donne lieu à de vives controverses. L’Afrique n’est pas en reste.
La femme africaine est d’une part porteuse et gardienne des traditions, et d’autre part, elle aspire à un juste équilibre entre la tradition et la modernité.
Le roman de Mariama Ba Une si longue lettre, publié en 1979, présente trois différentes générations de femmes: les femmes âgées qui représentent la société traditionnelle, les femmes émancipées qui sont pour le modernisme et enfin les femmes modérées, partisanes d’une synthèse des éléments positifs de la tradition et de la modernité.
En marge de la préparation de mon film Une si longue lettre qui est une adaptation en long métrage du roman, je souhaite réaliser une série de portrait de femmes autour du thème de la polygamie et de la complicité ou pas féminine. Ce travail en amont me permet de mieux définir le cadre et la lumière souhaités pour le futur film.
Une si longue lettre est difficile à adapter car en Afrique tout le monde ou presque adore ce roman. Aux USA, les universitaires le connaissent très bien et déclament aussitôt tout une philosophie autour du roman de Mariama Ba. Suis-je la personne légitime pour adapter ce roman en film ? Je ne sais pas mais ce qui est sûr c’est que c’est un vrai challenge.
Je dois donc me donner les moyens de réussir mon film, de ne pas faire ce que les autres veulent ou attendent mais de donner un souffle moderne à cette grande oeuvre de la littérature africaine avec ma sensibilité artistique et tout ce que je suis.